Logo Ordinateurs–de–Vote.org Citoyens et informaticiens
pour un vote vérifié par l'électeur

Accueil du site > Généralités > Pourquoi ce site ?

Pourquoi ce site ?

5 mai 2005

Le vote électronique est en voie de se généraliser en France, dans un grand silence. Nous n’entendons parler que de modernisation inéluctable, de problèmes d’organisation et d’économies, sans la moindre réflexion de fond. Quelques événements récents auraient dû nous alarmer :
- le recul de l’Irlande (concernant des ordinateurs Nedap, fabricant agréé en France),
- une remise en cause croissante par la Belgique (14 ans d’expérience, 44% des électeurs), au point d’imaginer proposer une loi supprimant le vote électronique,
- la pagaille des présidentielles américaines 2004 (même si le vote électronique n’est pas seul en cause).
Pourtant nos élus n’expriment toujours aucun doute. Pire, certains souhaitent instaurer rapidement le vote par Internet. Tout cela avec des arguments peu convaincants, et de toute façon de peu d’importance face à la question essentielle : une élection doit être transparente et contrôlée par le citoyen, fut-il dépourvu de connaissances informatiques.

Pour prendre un exemple concret, certains d’entre nous ont été assesseurs lors du référendum. Le matin, au lieu d’une urne transparente dont nous aurions pu contrôler la vacuité de nos propres yeux, un ordinateur a craché un ticket affirmant que sa mémoire était vide. Que pouvions-nous réellement en savoir ? D’autant plus que nous avions à l’esprit que le logiciel contenu dans cet ordinateur de vote était secret. Et que l’agrément n’impose pas de l’examiner. En fin de compte, essentiellement quelques programmeurs dans un pays étranger avaient la réponse.

Ce site souhaite déjà expliquer ce qu’est le vote électronique, et informer de son utilisation en France. Voici donc :
- quelques définitions, notamment la différence essentielle entre ordinateurs de vote (dénommés “machines à voter” par le code électoral) et vote par Internet,
- l’utilisation actuelle des ordinateurs de vote, ville par ville, leur cadre légal, et les modèles agréés, la prochaine génération des kiosques électroniques,
- l’utilisation actuelle du vote par Internet et son cadre légal,
- une technologie non employée en France : le bulletin imprimé vérifié par l’électeur,
- ce que font d’autres pays : USA, Belgique, Irlande, Australie.

Voilà maintenant nos inquiétudes :
- en préambule, nous refusons d’être catalogués comme réfractaires au progrès, comme le font d’emblée certains. Plusieurs d’entre nous sont informaticiens, et ont pris conscience que le vote électronique bute sur des problèmes très particuliers. Internet peut apporter plus de démocratie, notamment en rendant transparente l’action publique (ce qui nous aiderait à agir...) et en renouvelant le dialogue avec les citoyens.
- une élection doit respecter certains principes. On ne peut pas transiger avec, quels que soient les avantages d’une nouvelle technologie. Le citoyen doit garder le contrôle du déroulement des élections. Sans cela, nous changerions de système politique : de la démocratie (le pouvoir au peuple) vers la technocratie (le pouvoir aux techniciens) - en revenant à l’étymologie de ce mot. La démocratie est un équilibre fragile, un accident dans l’histoire humaine. Ne bazardons pas des siècles de lents progrès pour un vernis de modernité.
- les ordinateurs de vote actuels se caractérisent par leur opacité. Leur agrément est léger, et impossible à faire respecter. Et il serait naïf de les croire infaillibles à la différence de n’importe quel équipement informatique.
- pallier à leurs insuffisances est théoriquement possible, au moyen du bulletin imprimé vérifié par l’électeur et de la publication du code source, mais délicat à mettre en œuvre. A nous tous de décider ensemble si ce n’est pas appliquer le principe "Pourquoi faire simple (le scrutin “papier”) quand on peut faire compliqué".
- les raisons avancées par les élus de “moderniser” le système électoral sont maigres.
- la rationalité économique n’est pas évidente, au vu des grandes variations dans les prévisions d’amortissement (2 à 18 élections). Automatiser un processus rare semble absurde : on sort un coûteux ordinateur de son placard une fois par an.
- le vote par Internet, SMS, etc... c’est à dire tout vote à distance, est déraisonnable, faute d’isoloir.
- les difficultés d’accès au vote de certains (handicapés, malades, Français de l’étranger...) doivent être étudiées sans penser a priori que la solution est électronique.
- des améliorations (moins spectaculaires...) du système électoral sont possibles, notamment dans la gestion des listes électorales.
- la confiance envers les hommes politiques ou leur possibilité d’action est déjà entamée. Il serait dangereux d’y ajouter une méfiance vis à vis de l’honnêteté des élections.
- l’abstention est un problème de fond. La technique de vote ne joue guère, voire pas du tout dans le cas des ordinateurs de vote.
- notre situation est différente de celle des USA, mais nous devrions nous inquiéter que cela ne soit dû ni à nos technologies, ni à notre législation.
- il faut se faire à l’idée que certaines technologies sont inapplicables. De vieux romans de science-fiction nous imaginaient tous nous déplacer dans des voitures volantes.

Devant ces nombreux doutes, la charge de la preuve ne devrait pas nous incomber. Aux promoteurs du vote électronique de démontrer son innocuité. Le principe de précaution doit s’appliquer également dans ce domaine.

Ce site vous propose également :
- les prises de position des différents partis politiques,
- des réactions de citoyens : Le Havre, Brest,
- de méditer sur quelques “questions qui dérangent”,
- quelques réflexions plus générales.
- et après tous ces sujets graves, quelques perles collectées dans les médias et le discours officiel, et un peu d’humour.

Vous, simple citoyen, pouvez réagir dès maintenant, afin d’éviter la généralisation hâtive des ordinateurs de vote pour les élections 2007. Beaucoup d’élus ne voient pas le problème, et de nombreuses villes s’équipent silencieusement dans leur coin, comme si il s’agissait de simplement renouveler le parc de micro-ordinateurs. Voici comment agir. Nous vous proposons différentes actions, selon votre temps disponible.

Partisans du vote électronique, ne passez pas votre chemin. Nous souhaitons ce site ouvert à toute information ou opinion. Puissiez-vous le lire comme le Figaro (ou Libération) : on ne s’attend pas à y trouver une critique (une apologie) du libéralisme. On n’en est pas moins informé.

©© ordinateurs-de-vote.org - dernière modification : jeudi 17 avril 2014.

4 Messages de forum

  • Pourquoi ce site ? 16 novembre 2006 12:11, par Monique - Sunset en Normandie

    Quelle bonne surprise que votre site, même s’il est en construction, il n’en est pas moins intéressant. Coïncidence, il y a une dizaine de jours, en conversation avec famille et amis, nous posions le problème du GRAND DOUTE vis-à-vis de ces ordinateurs de vote. Un témoin nous disait que la mairie (ex-Sarkozy) de Neuilly s’en était équipé ... Parmi nous, il y avait un informaticien qui pensait qu’il y avait un risque certain quant à la "fiabilité" de ce type de matériel à voter. Et la plupart d’entre nous pensions n’avoir pas les données suffisantes pour accepter de voter de cette manière. Curieusement, les médias ne s’intéressent pas à ce sujet, j’écoute la radio tout le temps, et rien à ce sujet.
    Pour le moment, dans mon bled, je ne crois pas devoir voter sur une machine avant un certain temps ! ouf ! mais cela ne m’empêche pas de m’inquiéter sur le danger que représente la mise en place d’ordinateurs, en douce, sans qu’il y ait eu un vrai débat.

    Répondre à ce message

    • bravo pour ce site ! 18 mars 2007 10:52

      l’abstention est un problème de fond !
      bien qu’étant belge, j’ai eu la chance, jusqu’à présent, de ne pas voter électroniquement ;0))
      beaucoup considère l’abstention ou le vote blanc ou nul comme une fuite de responsabilité. je ne partage pas ce point de vue, car j’estime que si les personnages des listes que présentent les partis ne reflètent l’ensemble de mes idées, j’ai par ce biais le moyen de le faire savoir. or en belgique, où le vote est obligatoire, on écarte simplement ces avis qui d’ailleurs deviennent de plus en plus nombreux.
      micha

      Répondre à ce message

  • Pourquoi ce site ? 24 février 2008 17:07, par bellelulu

    le probleme de fond des votes electronique c la garantie des resultat au yeux de tous les citoyens ; en votant par papier mon vote est anonyme et pris en compte ,je peux le verifier a la fin de journee ; c un droit de controle visible par tous

    les argument de la deforestation face au papier utilise est bien sur risible ; car les machines servant au votes dans moins de 20 seront obsoletes et iront polluer un peu plus la planete. de plus les economies de papier peuvent etre faite en demandant a chaque representant de limiter ses prospectus a un nombre de page et un format deféni.

    ceux qui invoque la facilité et le gain de temps de l utisation d "outils moderne" sous entente qu’une journee eléctorale dans l annee (raremement plus et souvent moins) ou les conseillers font acte de presence pour controler et valider les elections d une commune est trop chère payer pour garantir le résultat des votes (votes des citoyens fondement de la democratie)

    de plus les votes electroniques posent des problemes que le vote papier ne posait pas , avec un bulletin en papier que l on recevait chez soi avec une photo on pouvait reconnaitre un candidat et vote pour lui , les illetrés auront donc du mal a voter , les votes blancs auronts il une place, les personnes agées (ou meme des jeunes ) tous les citoyens pourron t se servir facilement de cette machine

    Répondre à ce message

  • Pourquoi ce site ? 26 novembre 2008 21:20, par philippe costes

    Ce Forum s’intitule "pourquoi ce site ? - et il invite en page d’accueil d’adhérer à l’association "Ethique Citoyenne".

    Je me sens bien gêné : car à la fois j’approuve et admire les efforts que vous faites pour nous alerter ou nous informer sur les imperfections actuelles du vote électronique.

    Mais vous vous refusez à prendre une position résolument contre toute forme de vote électronique. Ce refus est principalement motivé par des raisons scientifiques, que je résume (pour faire court) : rien ne peut scientifiquement prouver qu’un jour des systèmes de vote électroniques ne seraient pas fiables. En conséquence vous ne pouvez vous y opposer "à priori". Je comprend cette position, mais je désapprouve cette absence d’une prise de position claire et nette.

    Car alors votre message, involontaire ou non, revient à dire : "fabriquez nous du vote électronique fiable". C’est bien là le problème de l’absence d’un mot d’ordre de votre part.

    Je pense qu’il doit être démontrable que la fraude informatique sera toujours plus facile que la fraude sur votes manuelle, qu’il doit être démontrable que le secret du vote ne pourra pas jamais être garanti, etc etc, bref que presque tous les doutes que vous dénoncez peuvent se démontrer comme ne pouvant être levés.

    Une telle démonstration n’est pas qu’affaire de science dure, de technique, de machine : il y a aussi la simple réflexion humaine, basée sur des savoirs scientifiques, qui peut être utilisée pour faire ces démonstrations. La majeure partie de notre société vit sur des analyses qui sont issues des réflexions humaines - et n’ont pas eu besoin de science dure pour engendrer des prise de décision.

    Citons par exemple : les droits de l"homme, de l"enfant, la démocratie etc... tout ça n’est pas "scientifiquement" démontrable et n’entre peut-être même pas dans "le champ" de la science. Et pourtant, ça nous sert bien à vivre. Ce sont des choix humains. après tout, scientifiquement - les modèles de sociétés de "droits" donnent peut-être très résultats moins performants que des modèles de dictatures. Bref - à ne voir que "la science" pour juger des choses, vous vous fourvoyez un peu.

    Prendre position n’est pas forcément une affaire de science - mais parfois de conscience. Ce que vous vous refusez à faire - et c’est bien dommage pour moi de vous faire ce reproche.

    Enfin, cette absence de prise de position claire - et bien ça entraîne votre absence d’écho dans les médias - et donc une certaine inefficacité - mais plus grave : vous laissez plâner l"idée qu’un jour le vote électronique sera peut-être fiable (on ne peux démontrer l’indémontrable).

    Cette position de "science pure" : c’est scier la branche sur laquelle vous vous organisez, et sans vous opposer radicalement vous ne faites que soutenir les tenants du vote électronique, qui peuvent, en vous lisant, prétendre qu’il sera possible de trouver de "meilleurs systèmes".

    C’est une réflexion sur une véritable démonstration de l’impossibilité de faire confiance au vote électronique qui devrait maintenant être entâmée - comme d’autres penseurs ont tenté d’influer sur la société sur d’autres sujets - même si "scientifiquement" tout pourra toujours être contesté, et enfin prendre un engagement clair.

    Philippe.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article


Suivre la vie du site Syndication/fil RSS 2.0 (explications) | Plan du site | Espace privé | SPIP