Logo Ordinateurs–de–Vote.org Citoyens et informaticiens
pour un vote vérifié par l'électeur

Accueil du site > A l’étranger > Ecosse > Les élections du 3 mai 2007 en Écosse

Les élections du 3 mai 2007 en Écosse

4 août 2007

Les dernières élections des membres du Parlement écossais resteront dans les mémoires à cause des problèmes du nouveau système de comptage des votes : 142 000 votes, soit presque 7% des votes, ont été déclarés invalides et quelques dépouillements ont été abandonnés suite à des ’problèmes techniques’ alors que le nouveau système devait faciliter et accélérer le comptage des votes en numérisant les bulletins.

Les observateurs de l’organisation américaine ’Fair-Vote’, loin d’être impressionnés par les efforts faits par le Parlement écossais pour moderniser l’élection, ont fait des observations qu’on entend d’habitude dans les pays du tiers monde lorsque les élections sont douteuses.

Le Parlement écossais est l’organe législatif de l’Écosse, il siège dans la capitale, Édimbourg. Il gère les compétences qui lui sont dévolues par le parlement britannique de Westminster, notamment l’éducation, la santé, l’agriculture et la justice.

Ce scrutin était particulièrement important puisque les sondages avant l’élection étaient favorables au Parti National Écossais (Scottish National Party ou SNP). Son chef, Alex Salmond, avait annoncé que s’il était élu comme Premier Ministre dans un gouvernement mené par le SNP, il présenterait un référendum à l’électorat écossais afin de savoir si l’acte d’union unifiant l’Écosse et l’Angleterre devrait être annulé. Ironiquement, le vote s’est déroulé deux jours après le tricentenaire de cet acte d’union de 1707.

Évidemment, les votes doivent toujours être soigneusement comptés, mais particulièrement quand l’issue du scrutin peut avoir des conséquences constitutionnelles importantes pour le Royaume-Uni, conséquences qui seront regardées avec attention par d’autres pays européens où d’anciennes tensions risquent de provoquer de semblables ruptures - en Belgique (Wallonie et Flandre), Espagne (pays Basque, Catalogne et Galicie) et Italie (Padanie), entre autres.

Les problèmes ont commencé vers 22h alors que des monceaux de bulletins de votes que les ordinateurs n’arrivaient pas à lire s’accumulaient dans un centre de dépouillement à Édimbourg. Les candidats et militants qui attendaient avec impatience les résultats n’ont pu contempler que des écrans vides. Le lendemain, vers midi, 81 élus seulement, sur 129 MSPs (Member of the Scottish Parliament), avaient été proclamés. Il s’est avéré que 142 000 bulletins de vote ont été déclarés invalides, soit plus de 8 fois plus que la proportion habituelle lors des précédentes élections. En plusieurs endroits le nombre de bulletins invalides était plus grand que la différence de voix entre gagnant et perdant. En plus il y a eu des variations considérables, entre 3% et 13%, sur le nombre de bulletins jugés invalides, ce qui démontre que les règles appliquées pour rejeter un bulletin n’étaient pas uniformes.

Un porte-parole de Data & Research Services (DRS), la société responsable des machines à compter les votes, a dit qu’un « blocage » des données avait entraîné des retards et que « personne ne peut dire pourquoi le système a échoué ». Il a affirmé que les données ont été scannées sans problèmes mais que c’est l’étape du traitement de ces données qui a rencontré des difficultés. « On confirme que toutes les données sont en sécurité », a-t-il ajouté. Apparemment un logiciel censé traiter et afficher les résultats dans un tableur a mal fonctionné.

Pour ne rien arranger, le format du bulletin de vote a aussi provoqué des difficulté de vote. Pour les élections du parlement écossais, 73 des 129 députés sont élus par suffrage universel et sont dénommées ’Constituency MSPs’, les 56 autres sont élus par un système proportionnel, ils sont dénommées ’List MSPs’. Un votant doit effectuer deux choix, c’est-à-dire marquer une croix dans chacune des deux colonnes. Il se trouve que beaucoup des bulletins ont été jugés invalides parce que des votants ont marqué deux croix dans une colonne au lieu de une croix dans chaque colonne. En plus, des élections locales avaient lieu le même jour. Il y avait donc un bulletin pour les élections locales où il fallait faire un choix, et un autre bulletin pour l’élection au Parlement ou il fallait faire deux choix.

L’origine du désordre qui a finalement marqué la journée, pannes d’ordinateur, de logiciel ou format des bulletins de vote trop compliqué, n’est toujours pas clairement établie.

Une enquête sur les élections va être menée par une commission électorale indépendante.

Nous suggérons quelques questions dont la commission pourra se saisir.

- Pourquoi les machines de DRS n’ont-elles pas été capables de traiter les données ? Un système devrait être capable de traiter le cas extrême où tous les votes sont invalides.

- Pourquoi le Ministre pour l’Écosse (Secretary of State for Scotland), Douglas Alexander, a-t-il ignoré une étude qui a démontré que le fait de présenter le choix pour les ’Constituency MSPs’ et ’List MSPs’ sur un même bulletin pourrait semer la confusion chez les électeurs. (surtout vu que le taux de bulletins jugés invalides pour les élections locales, avec un choix simple, n’étaient que de 2%) ?

- Pourquoi les deux élections avec des systèmes de vote différents ont-elles eu lieu le même jour ?

- Est-ce que DRS est trop proche du milieu politique ? L’ancien chef du Parti Travailliste (Labour Party) Neil Kinnock est un membre consultatif du conseil de direction de DRS.

- Est-ce qu’il ne serait pas mieux, plus fiable, plus efficace et plus rentable d’utiliser les petites machines à compter grises qu’on nourrit avec des tasses de thé et des sandwiches jambon fromage, plutôt que les grosses machines à compter de DRS qui auraient coûté entre 4 et 8 millions de livres ?

On ne peut que donner raison à Robert Richie le directeur exécutif de Fair-Vote lorsqu’il affirme « Il est complètement inacceptable d’avoir tellement des votes jugés invalides. Il y a des similarités avec les problèmes rencontrés pendant les élections présidentielles américaines en Floride en 2000 ».


Pour en savoir plus :

consulter : “May 2007 Election Report” par Open Rights Group

Quelques articles de presse :
- 4 mai 2007 : BBC News, “Q&A : Holyrood ballot chaos
- 4 mai 2007 : BBC News, “Review under way on voting chaos
- 4 mai 2007 : Guardian, “Ballot chaos mars Scottish elections” par Matthew Tempest.
- 18 avril 2007 : BBC News, “Doubts raised over e-count system

©© John Johnson - dernière modification : samedi 25 novembre 2017.

Suivre la vie du site Syndication/fil RSS 2.0 (explications) | Plan du site | Espace privé | SPIP